top of page

Souffrance et stress au travail

La souffrance et le stress au travail surviennent en général lorsque le travailleur se sent en déséquilibre sur son lieu de travail, qu'il ressent un décalage entre les tâches qui lui sont confiées et ses ressources personnelles pour y répondre ou qu'il ne se sent pas intégré dans son équipe professionnelle.

Les situations de stress persistantes ont un impact conséquent sur la santé des travailleurs et entrainent souvent de la démotivation, burnout, absentéisme, une diminution de la productivité des travailleurs et perte financière.


L'environnement de travail compétitif, la peur de se retrouver sans emploi, la peur de manquer de professionnalisme, la pression collective poussent bon nombre de travailleurs en souffrance à garder le silence et à supporter des pressions parfois extrêmes selon les domaines professionnels. La surcharge de travail, des objectifs pas assez clairs ou irréalistes, des relations difficiles avec la hiérarchie ou les collègues, un manque d’autonomie peuvent être considérés comme des causes entrainant un stress professionnel et peuvent, s'ils sont repérés en amont, être soumis à des mesures dites préventives, diminués voir totalement solutionnés.


Malheureusement, toutes les entreprises ou lieux de travail ne disposent pas d'un service sociale, de ressources humaines afin de pouvoir trouver un moyen d'éradiquer un problème récurrent, de solutionner un conflit, de combattre un harcèlement ou de travailler sur l'entente générale de l'équipe. De plus, si l'univers de l'entreprise est basé sur la compétition des travailleurs et que la rivalité est encouragée par la culture d'entreprise, il est difficile de pouvoir mettre en place une politique de prévention.



Repérer et aider des travailleurs en souffrance ?



Le travailleur lui même peut se sentir en danger, sur le "qui-vive" au travail, avoir peur de ne pas être à la hauteur. Il prendra par exemple de moins en moins le temps pour déjeuner, effectuera des heures supplémentaires ou retardera son retour à la maison. La nuit, son sommeil sera perturbé et parfois des cauchemars sur le travail le réveilleront. La qualité du sommeil sera un des indicateurs premiers du mal-être de la personne et son niveau d'énergie baissera en général, entrainant un épuisement et une perte de qualité de vie extra-professionnelle. La famille du travailleur s'en rendra compte également et entendra peut-être souvent parler de ces difficultés au travail.


Il n'est pas rare que la personne ressente de la peur dés le réveil, sur le chemin du travail souvent le cœur bat plus vite, des tremblements, une boule à l’estomac ou sur la poitrine se fait sentir. Des pleurs peuvent survenir sur le chemins du travail mais également au travail (voiture, transports, toilettes, …). La personne se sent perdue et culpabilise de son état de mal-être.


la somatisation prend souvent les formes suivantes :


  • insomnies

  • eczéma

  • gastrites

  • maux de dos, blocages

  • tensions musculaires

  • migraines

  • perte de poids/anorexie

  • prise de poids/ boulimie/ hyperphagie

  • dépression

  • sentiment de solitude et d'isolement

  • dévalorisation

  • sur justification

  • anxiété

  • angoisse

  • problème de mémoire

  • problème de concentration


Si vous ressentez les symptômes décrits ou que vous vous reconnaissez dans les mécanismes décrivant la souffrance au travail, que vous vous sentez isolés et sans ressources sur votre lieu de travail, ne tardez pas à en parler à votre médecin et/ou à consulter un psychologue pour vous aider dans cette situation dangereuse pour votre santé physique et psychologique.


Nawal Uariachi


Comments


bottom of page